Voici ce que l’analyse de nos eaux usées dit de la propagation de la Covid-19

Retour à Blog

Voici ce que l’analyse de nos eaux usées dit de la propagation de la Covid-19

Depuis le mois de juin, la SPGE s’occupe du suivi de la présence du SARS-COV-2 dans les eaux usées en Wallonie, comme le rapporte la DH dans son édition du jour. Au total, ce sont huit stations d’épuration qui servaient de bases pour les analyses des experts. Désormais, ce chiffre a doublé!

Et pour cause, la Covid-19 peut se retrouver dans nos eaux usagées après un lavage de mains ou une douche, voire après un lavage de vêtements ou un passage aux toilettes. L’analyse de nos égouts est donc pertinente pour les experts, qui ont bien compris l’enjeu de ces études.

Un projet national

Depuis mi-septembre 2020 , c’est même devenu un projet national coordonné par Sciensano, même si les données ne sont, à l’heure actuelle, pas utilisées de façon concrète. « En ce moment, elles ne sont pas utilisées dans les analyses de risques par les experts du RAG. Car les données ne sont pas encore standardisées. Il peut y avoir des fluctuations selon les précipitations », explique Steven Van Gucht.

Le président du comité scientifique précise: « Mais il serait en effet intéressant de les intégrer dans l’analyse du RAG. On y a travaillé et ce sera bientôt le cas. » En effet, ces chiffres seront bientôt intégrés aux rapports hebdomadaires de Sciensano, lorsque les données issues du monitoring des eaux usées seront stabilisées. Une date reste encore à être fixée.

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour à Blog