Variole du singe : l’utilisation des tests PCR est « très différente de l’épidémie de Covid », explique un infectiologue

Le gouvernement a pris un arrêté, publié samedi 30 juillet au Journal officiel, pour que les tests de dépistage soient pris en charge par l’Assurance maladie.
Les tests de détection du virus de la variole du singe sont remboursés à 100% par l’Assurance maladie, indique ce samedi 30 juillet un arrêté au Journal officiel, après une préconisation en ce sens de la Haute autorité de santé.

Des tests de « derniers recours »

En quoi ces tests peuvent-ils être utiles pour établir le diagnostic ? « Ces tests PCR sont une aide pour reconnaître des formes cliniques de la maladie dont le diagnostic est parfois difficile« , explique ce samedi sur franceinfo l’infectiologue Benjamin Davido. Précision importante : l’utilisation de ces tests ne peut se faire qu’en « dernier recours« , souligne Benjamin Davido, si le clinicien en a besoin pour établir son diagnostic.

Un usage préventif des tests n’est pas utile : « C’est très différent de l’épidémie de Covid 19. La littérature scientifique indique que les cas asymptomatiques de variole du singe sont extrêmement résiduels. On ne sait d’ailleurs même pas dans quelle mesure ces quelques cas peuvent être contagieux. Il n’y a donc aucune raison de multiplier les autotests et les PCR« , affirme l’infectiologue Benjamin Davido.

Les tests PCR de la variole du singe doivent être réalisés dans des « laboratoires spécialisés« . « Il est impossible de réaliser des tests en dehors de ces laboratoires. À ma connaissance, il n’existe d’ailleurs aucun test antigénique pour détecter la variole du singe« , conclut le spécialiste.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.