Vaccins: Pfizer plébiscité et AstraZeneca boudé par l’Europe

L’engouement pour le vaccin BioNtech-Pfizer ne se dément pas. Ursula von der Leyen a annoncé samedi la signature d’un troisième contrat avec le groupe américain pour la fourniture d’1,8 milliard de doses en 2022/2023, dont 900 millions en option. «Nous préparons la prochaine étape de notre réponse: administrer les rappels de vaccin, faire face aux possibles variants et permettre la vaccination des enfants et des adolescents», a tweeté la présidente de la Commission européenne. Ce contrat porte à 4,4 milliards le nombre total de doses sécurisées par l’Union. Encore faudrait-il que les sociétés honorent leurs engagements… Or AstraZeneca, boudé par de nombreux Européens, accuse toujours d’importants retards en dépit des poursuites lancées par la Commission. Seulement 20 millions de doses avaient été livrées à l’UE à fin avril alors que 180 millions sont attendues au deuxième trimestre. Les avocats des deux parties ont rendez-vous au tribunal de Bruxelles le 26 mai. Le commissaire à l’Industrie, Thierry Breton, a indiqué que le contrat avec AstraZeneca n’avait pas encore été renouvelé après le mois de juin.«Ce n’est pas encore fait, attendez», a-t-il précisé, car le vaccin est «très bon».
Les capacités de production de l’UE ont fortement augmenté, permettant d’accélérer les campagnes de vaccination dans les États membres depuis avril. «Nous sommes à 200 millions de doses par mois et on devrait atteindre une capacité de production annuelle de 3 milliards en fin d’année», indique l’entourage de Thierry Breton. Pour les Européens, les capacités de production, la suspension des interdictions d’exportation et les transferts de technologie sont le nerf de la guerre pour assurer une plus large diffusion des vaccins. C’est du reste le message qu’ont adressé les Vingt-Sept à Washington, lors du sommet de Porto, après que Joe Biden a proposé de lever la propriété intellectuelle sur les vaccins.

Laisser un commentaire

Connexion avec