Vaccins anti-coronavirus : des effets secondaires sont bien possibles, mais le plus souvent bénins et très temporaires

C’est l’une des principales craintes qui animent les personnes qui doutent, voire refusent catégoriquement de se faire vacciner contre le Covid-19 : les effets secondaires indésirables, voire « lourds » ou « inconnus« , selon certains. Mais quels sont ces effets secondaires justement ?
Selon le bilan hebdomadaire de l’AFMPS (agence fédérale des médicaments), sur les 494.969 personnes qui avaient déjà été vaccinées en Belgique au 1er mars, on rapportait 4090 cas d’effets indésirables, notifiés via le formulaire dédié. Parmi ces rapports, 1361 ont été enregistrés dans la base de données européenne EudraVigilance.

Il s’agit essentiellement de fièvre, de douleurs musculaires, ainsi que de malaise et de réactions là où l’injection a été faite. Des effets « connus et décrits dans la notice« , explique l’agence. Selon elle, il n’y a pas lieu de s’inquiéter car ces réactions sont simplement un signe de l’activation du système immunitaire, et disparaissent au bout de quelques jours.

Les personnes plus jeunes ont généralement un système immunitaire qui réagit plus rapidement

Sur les 1361 cas enregistrés par EudraVigilance, seuls 374 ont été considérés comme graves, « en raison d’une incapacité de travail temporaire ou de l’impossibilité de quitter la maison« , à cause de la fièvre ou des douleurs musculaires, explique l’AFPMS. Et si 46 personnes sont décédées, l’agence assure qu’aucun « lien de causalité formel » avec un vaccin n’a été établi : les situations médicales sont différentes, tout comme les délais entre l’administration du vaccin et le décès.

Sur les trois vaccins, c’est celui d’AstraZeneca qui avait en février le plus fort taux d’effets secondaires recensés : 2,9%, contre 0,6% pour Pfizer et 1,3% pour Moderna. Selon Ann Eeckhout, porte-parole de l’AFMPS, ce taux plus élevé de rapports s’expliquait par plusieurs facteurs. « Ce sont principalement les prestataires de soins qui se font vacciner. Parce qu’ils font preuve de plus d’implication, ils seront également plus enclins à signaler un éventuel effet secondaire« , estimait-elle. L’âge peut aussi avoir une influence : « les personnes plus jeunes ont généralement un système immunitaire qui réagit plus rapidement« , rappelle Ann Eeckhout.

Fièvre et rougeurs : le signe que le corps réagit au vaccin

En Europe pourtant, le vaccin d’AstraZeneca inquiète. Plusieurs pays, dont le Danemark, l’Islande et la Norvège, ont suspendu son utilisation, après des rapports de cas graves de thromboses (formation de caillots sanguins) chez des personnes vaccinées. Toutefois, l’agence européenne des médicaments (EMA) a affirmé jeudi que rien ne démontrait un risque de plus forte coagulation chez les personnes vaccinées. En Belgique, aucun cas de troubles de coagulation n’avait été répertorié avec le vaccin AstraZeneca au 8 mars.

En revanche, l’EMA a annoncé ce vendredi que le risque d’allergies sévères devrait être ajouté à la liste des effets secondaires possibles, après plusieurs cas au Royaume-Uni. Les effets secondaires existent donc bien pour les vaccins contre le Covid-19. Mais faut-il vraiment s’en inquiéter ? Selon plusieurs médecins, c’est même plutôt une bonne nouvelle.

Selon le site Futura-Science, ces effets sont le signe que le système immunitaire se défend. L’inflammation (fièvre, rougeurs, etc.) est due entre autres au travail des anticorps contre l’élément pathogène introduit (ici, le vaccin). Pour le vaccin AstraZeneca, qui fonctionne avec un adénovirus, la réaction immunitaire peut être plus forte qu’avec des vaccins à ARN messager comme celui de Pfizer et de Moderna.


Laisser un commentaire

Connexion avec