Tour de France 2022 : finalement deux coureurs positifs au Covid-19

Le Covid ne prend pas de pause.
Alors que le peloton est à l’arrêt pour un repos mérité de 24 heures avant l’étape de mardi entre Carcassonne et Foix (Ariège), le Covid-19 poursuit sa progression au sein du peloton. Ainsi, si ce lundi, l’UCI, l’Union cycliste internationale, a annoncé dans un premier temps qu’aucun cas positif n’a été détecté, elle avait tout de même évoqué deux cas suspects. Deux coureurs qui, après un examen plus poussé et alors qu’ils ne présentaient aucun symptôme, se sont avérés être positifs. « Les deux coureurs concernés ne figurent pas dans le top 20 du classement général de l’épreuve. Alors que ces coureurs sont totalement asymptomatiques, des mesures de sécurité (isolement des deux coureurs) ont été mises en place pour protéger les autres participants », a précisé l’UCI. « Une décision définitive sur leur participation à la suite de l’épreuve sera prise d’ici de manière collégiale par les parties concernées (médecins de l’épreuve et des équipes Covid-19, et le directeur médical de l’UCI) », a ajouté la fédération internationale. L’ensemble des coureurs a subi un test de détection dimanche soir après la 15e étape et à la veille du repos, comme cela avait déjà été le cas à Morzine (Haute-Savoie) lundi dernier. Il y a une semaine, lors de la précédente journée de repos, alors que les cas semblaient se multiplier au sein du peloton, il n’y avait eu aucun malade supplémentaire annoncé. Pourtant, dans les jours qui ont suivi, plusieurs coureurs ont dû déclarer forfait à cause du virus. Notamment le Français Warren Barguil, qui a jeté l’éponge vendredi, avant le départ de la 13e étape
 Au total, huit coureurs ont dû quitter le Tour depuis le départ en raison du coronavirus. Le Danois Magnus Cort Nielsen (EF Education) et l’Australien Simon Clarke (Israël PT) sont rentrés chez eux dimanche, après le Néo-Zélandais George Bennett et le Norvégien Vegard Stake Laengen (UAE), l’Australien Luke Durbridge (BikeExchange) et les Français Geoffrey Bouchard (AG2R Citroën), Guillaume Martin (Cofidis) et Warren Barguil (Arkea-Samsic). Peur sur le Tour Alors que la Grande Boucle a pris son départ le 1er juillet dernier depuis Copenhague en pleine 7e vague de Covid, beaucoup d’observateurs se demandent, même si le pic épidémique est passé en France, si cette édition du Tour de France 2022 n’est tout simplement en danger. Car d’ici le 21 juillet prochain, et l’arrivée de la course sur les Champs-Élysées, le virus pourrait circuler à l’envi au sein du peloton. D’autant que pour l’instant, les autorités n’annoncent pas de retour des restrictions sanitaires face à cette résurgence du Covid-19. A la suite de la cascade d’abandons enregistrée au Tour de Suisse à la mi-juin, le protocole anti-covid a été actualisé avant le début du Tour par l’Union cycliste internationale (UCI). Les tests sont obligatoires avant le départ et lors des deux journées de repos de l’épreuve à Morzine et Carcassonne, coureurs et personnels d’équipes compris. VIDEO. Le tour de France interrompu par des militants écologistes En cas de positivité, le protocole prévoit que « la décision d’isolement éventuelle sera prise de manière collégiale par le médecin de l’équipe concernée, le médecin Covid-19 de l’épreuve et le directeur médical de l’UCI ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.