«Syndromes grippaux de forte intensité»: vigilance accrue face aux effets secondaires du vaccin AstraZeneca

Le vaccin AstraZeneca, qui est utilisé pour vacciner le personnel de santé de moins de 65 ans, est sous surveillance. L’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) rapportait jeudi avoir reçu 149 déclarations de pharmacovigilance, sur 10.000 personnes vaccinées, entre le 6 et le 10 février. Des symptômes grippaux de «forte intensité» sont décris : fièvre élevée, courbatures ou céphalées… Au centre hospitalier de Cherbourg et à l’hôpital Mémorial de Saint-Lô, rapporte La Presse de la Manche, la «situation aurait conduit à plusieurs arrêts de travail.» Ce dernier établissement a d’ailleurs interrompu la campagne de vaccination de personnel, le temps d’adapter les plannings. L’ANSM recommande désormais de «vacciner de façon échelonnée le personnel d’un même service.» En France, la moyenne des personnes touchées est de 34 ans. Aucun des 21 autres pays de l’UE utilisant le même lot n’a relevé d’effets secondaires similaires, même s’ils étaient «connus et décrits».

L’ANSM communique aussi sur les effets indésirables rapportés après une utilisation du vaccin Pfizer-BioNTech. Depuis le début de la campagne de vaccination, 2140 cas d’effets secondaires ont été analysés par l’agence. Elle met en garde en particulier une «augmentation de la tension artérielle», brève et sans gravité. «Nous recommandons aux personnes vaccinées d’effectuer un contrôle de la pression artérielle pour une prise en charge médicale la plus précoce possible si cela s’avère nécessaire», note l’ANSM.

Le vaccin Moderna, quant à lui, ne fait pas l’objet de signaux de sécurité particuliers. 40 cas d’effets secondaires ont été recensés.

Laisser un commentaire

Connexion avec