Sous le nez ou le menton… Nos dangereux petits arrangements avec le masque

Sous le nez ou le menton… Nos dangereux petits arrangements avec le masque

Baisser son masque sous le nez pour éviter la buée sur les lunettes ou être moins gêné, le caler sous le menton pour parler plus facilement, l’accrocher au coude pendant le repas… Dans les magasins, les transports ou au restaurant, les Français s’accordent quelques libertés dans la manière de porter leur masque. Au risque de le rendre inefficace.

Pour remplir son rôle de barrière contre le Covid-19, le masque doit être correctement mis, porté et enlevé. Il faut notamment se laver les mains avant de le mettre sur le visage, l’ajuster correctement puis ne plus le toucher, rappelle Santé publique France. Pour l’enlever, il faut se laver les mains, le retirer par les élastiques puis le jeter ou le garder dans un sac plastique avant de pouvoir le laver, puis se laver à nouveau les mains.

Le nez, « l’endroit où il y a le plus de virus »

Mais à mesure que le port du masque s’est généralisé depuis le déconfinement en mai, beaucoup n’appliquent plus toutes ces consignes avec la rigueur des débuts. Des mauvaises habitudes qui se retrouvent jusqu’au sommet de l’État, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin ayant par exemple déambulé dans les rues masque sous le nez lors d’une visite d’Emmanuel Macron à Paris dans la nuit du 27 au 28 juillet.

« On respire souvent par le nez, donc le virus va rentrer » si le masque ne le couvre pas, prévient le docteur Pierre Parneix, médecin de santé publique et d’hygiène hospitalière au CHU de Bordeauxinterrogé par France 3 Nouvelle-Aquitaine. « Et si on est malade, l’endroit où il y a le plus de virus, c’est le nez, donc on en dissémine partout. » C’est d’ailleurs dans le nez que sont réalisés les prélèvements pour les tests PCR.

Sous le menton, « une zone sale »

Se sentant gênés pour discuter ou téléphoner, certains ont aussi pris l’habitude de retirer leur masque le temps de parler. Là encore, la pratique est contre-productive, puisque c’est en parlant que l’on diffuse le plus de gouttelettes susceptibles de contenir le virus et de contaminer les autres.

Attention également à ne pas garder le masque en « position d’attente » sous le menton quand il n’est pas nécessaire de le porter. « Ce sont des zones sales, où il peut y avoir des microbes ou le virus », explique Laurent Dap, président du conseil de l’Ordre des médecins en Moselle, à France Bleu. « Il vaut mieux l’enlever carrément, par les élastiques, le mettre dans un endroit propre, et le remettre plus tard, plutôt que de le bouger sur le front ou le menton. »

Et au moment de l’enlever, le tenir simplement par les élastiques, le jeter ou le ranger correctement – pas dans sa poche ou son sac à main – et se laver les mains sont des gestes primordiaux, rappelle à LCI Christophe Bécavin, chercheur au CNRS. « Si quelqu’un vous postillonne au visage, le virus se positionne alors sur le masque et non dans votre bouche […]. Si vous prenez le masque à la main, le virus va être transféré du masque vers vos doigts. Comme nous avons tendance à nous toucher souvent le visage, il finira donc par arriver dans votre bouche ou votre nez. »

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.