Qu’est-ce que la santé mentale ?

La santé mentale fait référence au bien-être cognitif, comportemental et émotionnel. Il s’agit de la façon dont les gens pensent, se sentent et se comportent. Les gens utilisent parfois le terme « santé mentale » pour désigner l’absence de trouble mental.

La santé mentale peut affecter la vie quotidienne, les relations et la santé physique.

Toutefois, ce lien fonctionne également dans l’autre sens. Les facteurs de la vie des gens, les liens interpersonnels et les facteurs physiques peuvent tous contribuer à des perturbations de la santé mentale.

Prendre soin de sa santé mentale peut préserver la capacité d’une personne à profiter de la vie. Pour ce faire, il faut trouver un équilibre entre les activités de la vie, les responsabilités et les efforts pour atteindre la résilience psychologique.

Des conditions telles que le stress, la dépression et l’anxiété peuvent toutes affecter la santé mentale et perturber la routine d’une personne.

Bien que le terme de santé mentale soit d’usage courant, de nombreuses affections que les médecins reconnaissent comme des troubles psychologiques ont des racines physiques.

Dans cet article, nous expliquons ce que les gens entendent par santé mentale et maladie mentale. Nous décrivons également les types de troubles mentaux les plus courants, y compris leurs signes précoces et la manière de les traiter.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS)Trusted Source :

« La santé mentale est un état de bien-être dans lequel un individu prend conscience de ses propres capacités, peut faire face aux stress normaux de la vie, peut travailler de manière productive et est capable d’apporter une contribution à sa communauté. »

L’OMS souligne que la santé mentale est « plus que la simple absence de troubles mentaux ou de handicaps. » Une santé mentale optimale consiste non seulement à éviter les états actifs, mais aussi à veiller au bien-être et au bonheur permanents.

L’OMS insiste également sur le fait que la préservation et le rétablissement de la santé mentale sont essentiels à l’échelle individuelle, mais aussi au sein des différentes communautés et sociétés du monde entier.

Aux États-Unis, la National Alliance on Mental Illness estime que près d’un adulte sur cinq connaît des problèmes de santé mentale chaque année.

En 2017, on estime que 11,2 millions d’adultesSource sûre aux États-Unis, soit environ 4,5 % des adultes, souffraient d’un trouble psychologique grave, selon l’Institut national de la santé mentale (NIMH).

Facteurs de risque des troubles de la santé mentale
Tout le monde court un certain risque de développer un trouble de la santé mentale, quels que soient son âge, son sexe, son revenu ou son origine ethnique.

Aux États-Unis et dans la plupart des pays développés, les troubles mentaux sont l’une des principales causes d’invalidité.

Les circonstances sociales et financières, les facteurs biologiques et les choix de vie peuvent tous influencer la santé mentale d’une personne.

Une grande partie des personnes souffrant de troubles mentaux présentent plus d’un trouble à la fois.

Il est important de noter qu’une bonne santé mentale dépend d’un équilibre délicat de facteurs et que plusieurs éléments de la vie et du monde en général peuvent se conjuguer pour contribuer aux troubles.

Les facteurs suivants peuvent contribuer à des perturbations de la santé mentale.

Pression sociale et économique continue
Avoir des moyens financiers limités ou appartenir à un groupe ethnique marginalisé ou persécuté peut augmenter le risque de troubles de la santé mentale.

Une étude de 2015Source de confiance portant sur 903 familles en Iran a identifié plusieurs causes socio-économiques des troubles de santé mentale, notamment la pauvreté et le fait de vivre en périphérie d’une grande ville.

Les chercheurs ont également expliqué la différence de disponibilité et de qualité des traitements de santé mentale pour certains groupes en termes de facteurs modifiables, qui peuvent évoluer dans le temps, et de facteurs non modifiables, qui sont permanents.

Les facteurs modifiables des troubles de la santé mentale sont les suivants

les conditions socio-économiques, telles que la disponibilité ou non d’un emploi dans la région locale
la profession
le niveau d’engagement social d’une personne
l’éducation
la qualité du logement.
Les facteurs non modifiables comprennent

le sexe
l’âge
l’origine ethnique
L’étude mentionne le sexe comme un facteur modifiable et non modifiable. Les chercheurs ont constaté que le fait d’être une femme multipliait par 3,96 le risque d’un faible état de santé mentale.

Les personnes ayant un « statut économique faible » ont également obtenu les meilleurs résultats en matière de santé mentale dans cette étude.

Facteurs biologiques
Le NIMH suggère que les antécédents génétiques familiaux peuvent augmenter la probabilité de troubles mentaux, car certains gènes et variantes génétiques augmentent le risque.

Toutefois, de nombreux autres facteurs contribuent à l’apparition de ces troubles.

Le fait de posséder un gène lié à un trouble de la santé mentale, comme la dépression ou la schizophrénie, ne garantit pas l’apparition de ce trouble. De même, les personnes qui n’ont pas de gènes liés ou d’antécédents familiaux de maladie mentale peuvent quand même avoir des problèmes de santé mentale.

Les troubles mentaux tels que le stress, la dépression et l’anxiété peuvent se développer en raison de problèmes de santé physique sous-jacents qui changent la vie, comme le cancer, le diabète et la douleur chronique.

Troubles mentaux courants
Les types de troubles mentaux les plus courants sont les suivants :

les troubles de l’anxiété
troubles de l’humeur
troubles de la schizophrénie
Troubles anxieux
Selon l’Anxiety and Depression Association of America, les troubles anxieux sont le type de maladie mentale le plus courant.

Les personnes atteintes de ces troubles éprouvent une peur ou une anxiété grave, liée à certains objets ou situations. La plupart des personnes atteintes d’un trouble anxieux essaient d’éviter de s’exposer à ce qui déclenche leur anxiété.

Voici quelques exemples de troubles anxieux :

Le trouble anxieux généralisé (TAG)

L’American Psychiatric Association définit le TAG comme une inquiétude disproportionnée qui perturbe la vie quotidienne.

Les personnes peuvent également ressentir des symptômes physiques, notamment

agitation
fatigue
muscles tendus
un sommeil interrompu
Chez les personnes souffrant de TAG, une crise d’anxiété n’a pas nécessairement besoin d’un déclencheur spécifique.

Elles peuvent ressentir une anxiété excessive lorsqu’elles sont confrontées à des situations quotidiennes qui ne présentent pas de danger direct, comme les tâches ménagères ou les rendez-vous. Une personne souffrant de TAG peut parfois ressentir de l’anxiété sans aucun élément déclencheur.

Pour en savoir plus sur le TAG, cliquez ici.

Troubles paniques

Les personnes souffrant d’un trouble panique subissent régulièrement des attaques de panique, qui impliquent une terreur soudaine et accablante ou un sentiment de catastrophe et de mort imminente.

Pour en savoir plus sur les attaques de panique, cliquez ici.

Phobies

Il existe différents types de phobies :

Les phobies simples : Il peut s’agir d’une peur disproportionnée d’objets, de scénarios ou d’animaux spécifiques. La peur des araignées est un exemple courant. Pour en savoir plus sur les phobies simples, cliquez ici.
Phobie sociale : parfois appelée anxiété sociale, il s’agit d’une peur d’être soumis au jugement des autres. Les personnes souffrant de phobie sociale limitent souvent leur exposition aux environnements sociaux. Pour en savoir plus, cliquez ici.
Agoraphobie : Ce terme désigne la peur des situations dans lesquelles il peut être difficile de s’échapper, comme dans un ascenseur ou un train en mouvement. De nombreuses personnes confondent cette phobie avec la peur d’être à l’extérieur. Lisez tout sur l’agoraphobie ici.
Les phobies sont profondément personnelles, et les médecins ne connaissent pas tous les types. Il peut y avoir des milliers de phobies, et ce qui peut sembler inhabituel pour une personne peut être un problème grave qui domine la vie quotidienne pour une autre.

Le trouble obsessionnel-compulsif (TOC)

Les personnes atteintes de TOC ont des obsessions et des compulsions. En d’autres termes, elles éprouvent des pensées constantes et stressantes et un puissant besoin d’accomplir des actes répétitifs, comme se laver les mains.

Pour en savoir plus sur les TOC, cliquez ici.

Le syndrome de stress post-traumatique (SSPT)

Le SSPT peut survenir après qu’une personne a vécu ou été témoin d’un événement profondément stressant ou traumatisant.

Pendant ce type d’événement, la personne pense que sa vie ou celle d’autres personnes est en danger. Elle peut avoir peur ou penser qu’elle n’a aucun contrôle sur ce qui se passe.

Ces sensations de traumatisme et de peur peuvent alors contribuer au SSPT.

Découvrez comment reconnaître et traiter le SSPT.

Troubles de l’humeur
Les troubles de l’humeur peuvent également être appelés troubles affectifs ou troubles dépressifs.

Les personnes atteintes de ces troubles présentent des changements d’humeur importants, impliquant généralement soit la manie, qui est une période de grande énergie et d’exaltation, soit la dépression. Voici quelques exemples de troubles de l’humeur :

La dépression majeure : Une personne souffrant de dépression majeure a une humeur constamment basse et perd tout intérêt pour les activités et les événements qu’elle appréciait auparavant. Elle peut ressentir des périodes prolongées de tristesse ou de tristesse extrême.
Le trouble bipolaire : Une personne atteinte de trouble bipolaire connaît des changements inhabituels dans son humeur, son niveau d’énergie, son niveau d’activité et sa capacité à poursuivre sa vie quotidienne. Les périodes d’humeur élevée sont appelées phases maniaques, tandis que les phases dépressives entraînent une baisse de l’humeur. Pour en savoir plus sur les différents types de bipolarité, cliquez ici.
Trouble affectif saisonnier (TAS) : La réduction de la lumière du jour pendant l’automne, l’hiver et le début du printemps déclenche ce type de dépression majeureSource fiable. Il est plus fréquent dans les pays éloignés de l’équateur. Pour en savoir plus sur la dépression saisonnière, cliquez ici.
Les troubles de la schizophrénie
Les autorités de santé mentale tentent toujours de déterminer si la schizophrénie est un trouble unique ou un groupe de maladies apparentées. Il s’agit d’une affection très complexe.

Les signes de la schizophrénie apparaissent généralement entre 16 et 30 ansSource fiable, selon le NIMH. La personne a des pensées qui semblent fragmentées et elle peut également avoir du mal à traiter l’information.

La schizophrénie présente des symptômes négatifs et positifs. Les symptômes positifs comprennent les délires, les troubles de la pensée et les hallucinations. Les symptômes négatifs comprennent le repli sur soi, le manque de motivation et une humeur plate ou inappropriée.

Signes précoces
Il n’existe pas de test ou d’examen physique qui indique de manière fiable si une personne a développé une maladie mentale. Cependant, les personnes doivent être attentives aux signes suivants, qui peuvent indiquer un trouble de la santé mentale :

se retirer des amis, de la famille et des collègues
éviter les activités qu’ils aimeraient normalement pratiquer
dormir trop ou trop peu
manger trop ou trop peu
sentiment de désespoir
avoir constamment peu d’énergie
consommer plus fréquemment des substances qui altèrent l’humeur, notamment l’alcool et la nicotine
manifester des émotions négatives
être confus
être incapable d’accomplir des tâches quotidiennes, comme se rendre au travail ou préparer un repas
avoir des pensées ou des souvenirs persistants qui réapparaissent régulièrement
penser à se faire du mal ou à faire du mal aux autres
entendre des voix
avoir des idées délirantes.
Traitement
Il existe différentes méthodes pour gérer les problèmes de santé mentale. Le traitement est très individuel, et ce qui fonctionne pour une personne peut ne pas fonctionner pour une autre.

Certaines stratégies ou certains traitements sont plus efficaces s’ils sont combinés à d’autres. Une personne vivant avec un trouble mental chronique peut choisir différentes options à différentes étapes de sa vie.

La personne doit travailler en étroite collaboration avec un médecin qui peut l’aider à identifier ses besoins et lui fournir un traitement adapté.

Les traitements peuvent inclure

La psychothérapie, ou les thérapies par la parole.
Ce type de traitement adopte une approche psychologique pour traiter la maladie mentale. La thérapie cognitivo-comportementale, la thérapie d’exposition et la thérapie comportementale dialectique en sont des exemples.

Les psychiatres, les psychologues, les psychothérapeutes et certains médecins de premier recours pratiquent ce type de traitement.

Il peut aider les personnes à comprendre l’origine de leur maladie mentale et à commencer à travailler sur des schémas de pensée plus sains qui favorisent la vie quotidienne et réduisent le risque d’isolement et d’automutilation.

Pour en savoir plus sur la psychothérapie, cliquez ici.

Médicaments
Certaines personnes prennent des médicaments prescrits, tels que des antidépresseurs, des antipsychotiques et des anxiolytiques.

Bien que ces médicaments ne puissent pas guérir les troubles mentaux, ils peuvent en atténuer les symptômes et aider une personne à retrouver une interaction sociale et une routine normale pendant qu’elle travaille sur sa santé mentale.

Certains de ces médicaments agissent en stimulant l’absorption par l’organisme de substances chimiques bénéfiques pour la santé, comme la sérotonine, provenant du cerveau. D’autres médicaments augmentent les niveaux globaux de ces substances chimiques ou empêchent leur dégradation ou leur destruction.

Auto-assistance
Une personne confrontée à des difficultés de santé mentale devra généralement modifier son mode de vie pour favoriser son bien-être.

Ces changements peuvent consister à réduire la consommation d’alcool, à dormir davantage et à adopter un régime alimentaire équilibré et nutritif. Les personnes peuvent avoir besoin de s’absenter du travail ou de résoudre des problèmes de relations personnelles qui peuvent nuire à leur santé mentale.

Les personnes souffrant de troubles anxieux ou dépressifs peuvent bénéficier de techniques de relaxation, comme la respiration profonde, la méditation et la pleine conscience.

Disposer d’un réseau de soutien, que ce soit par le biais de groupes d’entraide ou d’amis proches et de la famille, peut également être essentiel au rétablissement de la maladie mentale.

Prévention du suicide
Si vous connaissez quelqu’un qui risque de s’automutiler, de se suicider ou de faire du mal à une autre personne :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.