On dort mieux à deux que seul

On dort mieux à deux que seul

Partager un lit avec un partenaire pourrait signifier une augmentation du nombre de nuits de sommeil plus reposantes, selon des chercheurs du Centre de psychiatrie intégrative de Kiel, en Allemagne. Ils ont étudié la relation entre le partage du lit et la qualité du sommeil, et ont découvert que les couples qui dormaient ensemble étaient mieux lotis.

Le Dr Henning Johannes Drews et son équipe ont mené l’étude pendant quatre nuits auprès de 12 jeunes couples hétérosexuels en bonne santé et ont mesuré la qualité du sommeil avec et sans partenaire, en utilisant une technique appelée polysomnographie double simultanée, qui est une « méthode exacte, détaillée et complète pour capturer le sommeil à de nombreux niveaux – des ondes cérébrales aux mouvements, à la respiration, à la tension musculaire, aux mouvements et à l’activité cardiaque ».

Les participants ont également rempli des questionnaires afin de mieux comprendre les caractéristiques des relations de couple. Et les résultats ont montré que le sommeil à mouvements oculaires rapides (MOR ou REM) était à la fois plus important et moins perturbé chez les couples dormant ensemble que lorsqu’ils dormaient individuellement.

Le sommeil paradoxal, qui est associé à des rêves intenses, était auparavant lié à la régulation des émotions, à la consolidation de la mémoire, aux interactions sociales et à la résolution créative de problèmes.

Les chercheurs ont également constaté que les couples synchronisent leurs habitudes de sommeil lorsqu’ils dorment ensemble, ce qui est positivement associé à une meilleure relation et à une augmentation des mouvements des membres.

Selon le Dr Drews, si les résultats sont prometteurs, d’autres études sont nécessaires pour mieux comprendre leurs conclusions. « La première chose qu’il est important d’évaluer à l’avenir est de savoir si les effets sur les partenaires que nous avons trouvés (promotion du sommeil paradoxal pendant le co-sommeil) sont également présents dans un échantillon plus diversifié (par exemple, les personnes âgées, ou si un des partenaires souffre d’une maladie) », a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.