OMC : Les ministres réunis à Genève pour négocier sur la pêche et les vaccins anti-Covid

Les discussions sur la levée des brevets et les subventions alimentant la surpêche durent depuis plusieurs mois

Les discussions sur la levée des brevets et les subventions alimentant la surpêche durent depuis plusieurs mois

Pour les diplomates, le lac Léman est loin d’être le lieu de villégiature à la fois frais et ensoleillé prisé des touristes. C’est au contraire le théâtre d’une pièce qui se joue souvent en coulisses, entre ombres et lumières, pour faire s’accorder les violons de 164 nations. Depuis plusieurs mois, ces discrets négociateurs s’échinent sur deux dossiers de l’ Organisation mondiale du commerce : celui des subventions à la pêche et celui des brevets de vaccins anti-Covid.

Leurs discussions terminées, c’est au tour des ministres des pays membres de s’asseoir à la même table, à Genève, pour se mettre d’accord, lors de la conférence prévue du 12 au 15 juin. L’accord sur la pêche, qui s’inscrit dans les objectifs du millénaire de l’ONU, doit supprimer les subventions qui peuvent encourager la surpêche ou les prélèvements illégaux. L’OMC, sur le dossier depuis 20 ans, a ainsi annoncé dans la nuit qu’il serait à la charge de ces ministres de trouver un terrain d’entente sur les derniers contentieux.

« Plus nous attendons et plus les poissons vont perdre »

« Tous les problèmes n’ont pas été résolus et il y a dans ce brouillon des choses sur lesquelles les membres ne sont pas d’accord ou sur lesquelles je n’ai pas vu de terrain d’entente précis », a prévenu Santiago Wills, l’ambassadeur colombien qui a piloté les négociations, tout en mettant en avant les progrès faits ces derniers mois, dans un communiqué diffusé dans la nuit.

L’ambassadeur a noté des progrès notamment sur l’épineux sujet de « territorialité », le texte écartant l’idée que les querelles d’appartenance territoriale – nombreuses et ultra-sensibles – ne seront pas réglées par un panel de l’OMC. Des progrès ont aussi été faits pour définir le mécanisme de traitement préférentiel réservé aux pays en développement tout comme sur les subventions aux carburants. « Plus nous attendons et plus les poissons vont perdre. Et plus les poissons perdent, plus nous allons tous perdre », a souligné l’ambassadeur.

« Un processus très difficile »

Le succès de la conférence se mesurera grandement à l’aune de l’adoption ou non de ce texte. Mais aussi à l’issue sur la levée temporaire des brevets sur les vaccins contre le Covid-19. Les ministres vont discuter de deux textes, aussi finalisés vendredi. L’un doit faciliter la circulation des ingrédients nécessaires à la lutte contre l’actuelle et les futures pandémies, l’autre doit permettre une levée temporaire sur les brevets des vaccins anti-Covid.

Ce dernier sujet divise, l’industrie pharmaceutique y voyant un affaiblissement de la propriété intellectuelle. Pour les ONG au contraire, le texte ne va pas assez loin pour être réellement efficace. « Cela a été un processus très difficile, vraiment difficile », a reconnu la directrice générale de l’OMC, Ngozi Okonjo-Iweala. L’issue de ces discussions reste particulièrement incertaine, puisque l’OMC fonctionne par consensus, et qu’il faut donc l’accord des 164 pays membres pour valider un texte.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.