L’Assemblée nationale plaide pour le dépistage systématique du Covid-19

L’Assemblée nationale plaide pour le dépistage systématique du Covid-19

L’Assemblée nationale a largement adopté jeudi une résolution demandant au gouvernement de s’inspirer des exemples étrangers en matière de dépistage « systématique » du Covid-19. Le texte présenté par le groupe Les Républicains a recueilli 135 voix pour, 8 contre et 20 abstentions. La gauche -communistes, socialistes, « insoumis »- a voté pour.

LREM, le groupe le plus important de la majorité, a dit « ne pas s’y opposer » malgré les vives critiques de LR et d’autres sur la stratégie sanitaire du gouvernement, estimant que la recommandation concernant les tests était déjà remplie dans les faits.

« Eviter absolument un nouveau reconfinement »

Le secrétaire d’Etat à l’enfance et la famille Adrien Taquet a répondu que la France était déjà « parmi les pays les plus testants au monde », avec un objectif de plus de 2 millions de tests par semaine atteint à l’automne. Les exemples étrangers évoqués en séance -Allemagne, Corée du Sud, Slovaquie, Chine, Liverpool en Grande-Bretagne etc.- soulèvent « beaucoup de questions » et « ont rendu beaucoup d’experts dubitatifs », a-t-il ajouté. La résolution « invite le Gouvernement à s’inspirer des politiques sanitaires initiées dans d’autres pays, en particulier en ce qui concerne le dépistage systématique ».

Le texte souligne « le bien-fondé de la stratégie de dépistage massif, en particulier auprès de Français asymptomatiques » et met en exergue l’objectif « d’éviter absolument un nouveau reconfinement ».

« On ne peut pas garder la France en prison à intervalles réguliers »

Le chef de file des députés LR, Damien Abad, a rappelé le rapport parlementaire très critique envers la stratégie sanitaire du gouvernement rendu public mercredi, pour dénoncer « une politique de tests très erratique ». Il a reçu un rare soutien du chef des Insoumis Jean-Luc Mélenchon, qui a jugé « utile et importante » la résolution. « On ne peut pas garder la France en prison à intervalles réguliers », a-t-il dit en référence au risque d’un nouveau confinement.

« Après le mensonge des masques, le fiasco des tests », a lancé de son côté Sébastien Chenu, du RN.

A l’inverse Brahim Hammouche, au nom des centristes du MoDem, a jugé ce texte sur les tests « décalé » au moment où tous les regards se portent sur la stratégie vaccinale à développer face au virus. L’UDI Christophe Naegelen a aussi souligné que le dépistage massif « n’est pas en mesure de nous prémunir de tout confinement ». La « marcheuse » Michèle Peyron a elle aussi critiqué la « vision idéalisée du dépistage massif » contenue dans la résolution.

Elle n’y a cependant pas fait obstacle, estimant que sa préconisation était déjà satisfaite, notamment au lendemain de l’annonce par le Premier ministre Jean Castex de campagnes de dépistage à grande échelle à Saint-Etienne, Le Havre et dans une ville du Nord.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.