Covid-19 : une entreprise du Nord prête à produire la glace carbonique pour le transport des vaccins

Retour à Blog

Covid-19 : une entreprise du Nord prête à produire la glace carbonique pour le transport des vaccins

C’est une PME du nord de la France qui va se retrouver bien vite dans l’œil du cyclone avec le début du plan de vaccination contre le Covid-19 en France. Basé à Estourmel, près de Cambrai, Carbonord est l’une des rares société qui produit de la glace carbonique, indispensable pour transporter le vaccin.

Au départ, il s’agit de gaz carbonique sorti des cheminées d’usine. Après plusieurs phases de compression, cela devient de la glace carbonique qui a comme propriété de conserver notamment les vaccins jusqu’à −80°C, pendant leur transport et avant leur distribution. Autant dire qu’il faudra beaucoup de glace carbonique pour distribuer les vaccins de Pfizer-BioNTech. « Les bacs qui sont utilisés par Pfizer font 70 litres, et on met 25 kilos de gaz carbonique pour 5 000 doses de vaccin », explique Ludovic Lefebvre, le gérant de Carbonord.

« On ne peut pas stocker la glace carbonique. On produit vraiment à la demande. »Ludovic Lefebvre, Carbonord 

à franceinfo

« On nous a approché, et demandé si nous pouvions sécuriser les approvisionnements, explique Ludovic Lefebvre. On a rassuré les clients. Mais pour l’instant nous n’avons pas plus de données que ça. »

Des vaccins à transporter dans toute la France

Chaque année, l’entreprise produits 900 tonnes de glace carbonique, soit 20 tonnes par semaine. « Actuellement, Carbonord a une capacité de production qui peut être multipliée par deux ou par trois assez facilement. On est prêt à augmenter fortement la capacité », assure Ludovic Lefebvre. Les vaccins protégés par la glace carbonique doivent être transportés dans des bacs qui doivent être isolés, stables et ventilés. Il faudra ensuite stocker les vaccins dans des frigos, toujours à très basse température, avant d’être repartis partout en France, dans les villes comme dans les plus petits villages.

« On est partant pour aider », promet Yves Krattinger, le président du conseil départemental de Haute-Saône. Pour l’instant, un seul frigo est capable de stocker ces vaccins dans le département, « il est dans notre laboratoire départemental et il va jusqu’à −160°C, explique l’élu. Mais l’État a commandé et va livrer un frigo dans un hôpital par département. Ce qui permettra de conserver des vaccins à −80°C. »

L’agence de sécurité du médicament aux Etats-Unis, la FDA, vient d’autoriser le vaccin Pfizer. L’agence européenne doit se prononcer avant la fin du mois.

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Connexion avec



Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour à Blog