Covid-19. Pourquoi la propagation du virus ne ralentit-elle pas l’été ? On vous répond

Le début de l’été a été marqué par une forte recrudescence du nombre de cas de Covid-19. Comment peut-on expliquer ce phénomène ? Pourquoi la propagation du virus ne ralentit-elle pas l’été ? On vous répond.

Depuis début juin, les contaminations au Covid-19 sont en constante augmentation. Pourtant, on le sait, les virus se propagent plus facilement l’hiver. Les pièces fermées, le manque d’aération, les réunions en lieux clos sont tout autant de facteurs qui expliquent la diffusion des virus dès l’automne. Comment alors expliquer l’existence d’une septième vague depuis début juin ? Pourquoi la propagation du virus ne ralentit-elle pas l’été ? Ouest-France vous répond.

Le relâchement des gestes barrières

Ces derniers mois, la France a connu un relâchement des gestes barrières qui peut en partie expliquer le rebond épidémique que nous connaissons depuis juin. Depuis le 16 mai, le masque n’est plus obligatoire dans les transports en commun. Il avait été levé le 14 mars dans les lieux clos comme les entreprises, les écoles, les services publics ou les magasins.

Le 27 juin, l’urgentiste Patrick Pelloux alertait sur ce relâchement. « Il y a cette importance de remettre le masque », avait-il déclaré sur le plateau de BFMTV. Les spécialistes de Santé publique France (SPF) insistent aussi sur un retour du masque dans les transports en commun et dans les lieux clos. Ils recommandent également de remettre en place les gestes barrières : bien se laver les mains, éviter de se faire la bise, aérer régulièrement…

Un message relayé par le PDG de la SCNF, Jean-Pierre Farandou, qui a appelé le 29 juin les voyageurs à porter de nouveau le masque dans les gares et les trains, même si ce n’est pas obligatoire.

Lire aussi : Covid-19. Ce que l’on sait du sous-variant BA.2.75, surnommé « Centaure », qui est apparu en Inde

La virulence des variants

Aujourd’hui, le variant Omicron est majoritaire en France, en particulier sous ses formes BA.4 et BA.5. Ce facteur peut expliquer la hausse des contaminations ces dernières semaines. En effet, l’immunité conférée par la vaccination est en inéquation avec les variants qui circulent aujourd’hui sur le territoire. De plus, ces variants ont la particularité d’être très contagieux, ce qui explique une hausse rapide du nombre de cas ces dernières semaines.

Un autre élément explicatif est la force de notre immunité. Si la dernière injection remonte à plus de six mois et si l’on n’a pas été infecté par le Covid-19 depuis, un rappel peut être recommandé. Pour être mieux protégé avant l’été, la quatrième dose est donc vivement conseillée par le gouvernement pour les plus de soixante ans et les personnes fragiles. Elle permet de diminuer les chances de développer des formes graves.

Pour contrer cette vague de contamination, plusieurs leviers sont à notre disposition. « Il est faux de penser qu’on peut passer les vagues en courbant le dos et attendre que cela passe. Les précédentes vagues ont largement démontré que la vaccination et le respect des mesures sanitaires avaient une influence sur la dynamique. On peut se souvenir du premier confinement qui a coupé les transmissions » expliquait l’épidémiologiste Pascal Crépey à Ouest-France début juillet.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.