Covid-19 : les vaccins empêchent-ils de transmettre le virus ? De nouvelles études répondent

Retour à Blog

Covid-19 : les vaccins empêchent-ils de transmettre le virus ? De nouvelles études répondent

La campagne de vaccination contre la Covid-19 a débuté en décembre dernier. Si plusieurs études ont démontré l’efficacité des vaccins, une question restait jusqu’alors en suspens : les personnes vaccinées peuvent-elles toujours attraper le virus et contaminer les autres ? De nouveaux travaux apportent des éléments de réponse.

« Il y a une question extrêmement importante concernant la vaccination contre le Covid, c’est de savoir si les vaccins préviennent la transmission ». C’est ce qu’avait déclaré Alain Fischer, président du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, en février dernier. Pour répondre à cette interrogation, plusieurs études se sont penchées sur le sujet. Bonne nouvelle : si l’on en croit les résultats de ces travaux, les vaccins anti-Covid réduiraient bel et bien la transmission du virus

Vaccin contre la Covid-19 : une possible réduction de la transmission ?

Une étude menée « en vie réelle » par l’Institut de recherches de la Clalit (Israël) et publiée le 24 février dans le New England Journal of Medicine a suivi 596.618 personnes ayant reçu le vaccin Pfizer en Israël et les a comparées à des personnes non vaccinées. Résultat : le vaccin a réduit les cas symptomatiques de 94%. Le risque d’infection asymptomatique était quant à lui réduit de 90% sept jour après l’injection de la deuxième dose.

Des conclusions qui pourraient avoir un impact sur la transmission du virus. « Parmi les personnes qui contractent une infection après la vaccination, il apparaît que les charges virales sont plus faibles que chez les personnes infectées qui n’ont pas été vaccinées. Des charges virales plus faibles entraînent très probablement une réduction du risque de transmission », peut-on lire sur le site du New England Journal of Medicine.

Le maintien des gestes barrières reste essentiel

D’autres recherches menées par le ministère israélien de la Santé et Pfizer ont notamment été relayées le 19 février par Reuters. Elles révèlent également que le vaccin Pfizer/BioNTech réduit la transmission du virus. Ce vaccin diminuerait ainsi les risques d’infection de 93,7 % chez les personnes symptomatiques et de 89,4 % chez les personnes asymptomatiques. Ces travaux n’ont cependant pas encore fait l’objet d’une publication et n’ont pas été évalués par des pairs.

Des travaux réalisés par le centre hospitalier israélien Chaim Sheba et publiés le 18 février dans la revue The Lancet vont dans le même sens. Ils révèlent que sur les 7.214 membres du personnel hospitalier ayant bénéficié d’une première dose du vaccin Pfizer/BioNTech, il y a eu une diminution de 85% des cas symptomatiques dans les 15 à 28 jours et une réduction de 75% des cas asymptomatiques.

« Qu’il s’agisse d’une réduction de 75 ou 90 %, peu importe, il s’agit d’une baisse importante de la transmission », a déclaré à Reuters Michal Linial, professeur de biologie moléculaire à l’Université hébraïque de Jérusalem. « Cela signifie que non seulement l’individu vacciné est protégé, mais que l’inoculation protège également son environnement », a-t-il ajouté.

Pour réduire la transmission de la Covid-19 il reste tout de même essentiel de maintenir les gestes barrières. Grâce aux « mesures barrières, vous allez protéger les autres », expliquait la présidente de la Haute Autorité de Santé (HAS) Dominique Le Guludec sur RMC et BFMTV le 4 janvier dernier.

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour à Blog