Covid-19. Le nombre croissant de faux vaccinés hospitalisés en réanimation inquiète les médecins

De plus en plus de faux vaccinés contre le Covid-19 se trouveraient actuellement en service de réanimation. En mentant sur leur statut vaccinal, les malades se privent de certains traitements.

Le personnel soignant est de plus en plus confronté à de faux vaccinés contre le Covid-19, notamment en service de réanimation. « Ce n’est plus un phénomène marginal », assure à France Inter le professeur Laurent Muller, chef de service de réanimation au CHU de Nîmes. Ce dernier a, dans son service, vu plusieurs patients atteints de forme de grave qui étaient faussement vaccinés.

Suivez notre direct consacré à l’épidémie de coronavirus ce vendredi 17 décembre

« Je le chiffrerai aux alentours de 5 voire peut-être 10 %. Le quantifier est extrêmement compliqué car il y a peut-être des patients qui ne nous l’ont pas dit », explique-t-il. Certains patients avouent leur faux statut vaccinal en voyant leur état se dégrader, mais il est parfois trop tard.

Privés de certains traitements

Et ce mensonge peut avoir de graves conséquences, notamment sur la prise en charge de ces patients. En prétendant être vaccinés, ces derniers sont privés de l’administration précoce de certains traitements, comme les anticorps monoclonaux.

Le statut vaccinal des malades est, de manière générale, difficile à vérifier. « Une sérologie peut ne montrer aucun anticorps alors que la personne a été vaccinée, comme elle peut repérer des anticorps pour une personne qui est non vaccinée mais qui a été infectée antérieurement », détaille le professeur Olivier Joannes-Boyau, chef du pôle anesthésie réanimation au CHU de Bordeaux, également interrogé par France Inter« Dans le Sud-Est, certains services ont repéré 20 voire 30 % de patients qui ont des faux passes en réanimation », ajoute-t-il.

Un impact sur les décisions gouvernementales

Selon la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES), qui dépend du ministère de la Santé, environ la moitié des patients en service de réanimation ne sont pas vaccinés. Cette fausse vaccination peut également avoir un impact sur les données concernant l’efficacité du vaccin, tout comme « sur les décisions de santé publique qui peuvent être prises par le gouvernement. Car on pense à tort que le vaccin n’est pas efficace alors qu’une proportion importante de patients se disant vaccinée ne l’est pas », analyse le médecin bordelais.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.