Covid-19 : la vaccination prendra plusieurs années selon Karine Lacombe

De la patience. Il va en falloir si on en croit les récentes déclarations de Karine Lacombe, à la tête du service des maladies infectieuses de l’hôpital Saint-Antoine à Paris.

Régulièrement invitée sur les plateaux télé, l’infectiologue avait déjà très fortement contesté la décision d’Emmanuel Macron de ne pas reconfiner les Français : « On est effarés, sidérés« , déclarait-elle à L’Obs. Et tient à prévenir tout de suite que les prochaines semaines, voire mois, seront redoutables : « On craint que ce soit extrêmement dur, mars-avril, en particulier mars. On s’attend à ce que le mois de mars soit très dur« .

« On n’y sera pas avant plusieurs années »

Sur BFMTV, elle s’en prend désormais à la lenteur de la campagne de vaccination :

Au rythme actuel, on n’y sera pas avant plusieurs années,

a-t-elle déploré ce jeudi 4 février.

Elle admet en revanche que la gestion de la crise ne dépend pas uniquement de notre gouvernement, mais qu’il s’agit réellement d’un enjeu au niveau européen. Et plutôt que d’opter pour le défaitisme, la spécialiste veut rester confiante avec l’espoir de voir arriver prochainement « de nouveaux vaccins qui auront l’autorisation de mise sur le marché« . C’est ce qui pourrait changer la donne selon elle.

Car le réel problème est là : on est en manque de doses de vaccin. « On a pris du retard ces dernières semaines parce qu’on espérait avoir plus de doses de vaccins, a-t-elle expliqué sur le plateau de la chaîne d’info.

Beaucoup de Français devaient être vaccinés pour une première dose mais ces premières doses ont été annulées ou reportées.

Bon, pour l’optimisme on repassera, non ?

Laisser un commentaire

Connexion avec