Covid-19 : des autotests en pharmacie dès le 12 avril

Retour à Blog

Covid-19 : des autotests en pharmacie dès le 12 avril

«A partir du 12 avril, les pharmacies pourront vendre des autotests à ceux qui souhaitent en acheter», a annoncé vendredi le ministre de la Santé Olivier Véran, dans un entretien au média Brut, diffusé en direct sur Facebook. Ces autotests nasaux permettent de détecter facilement la présence du virus Sars-CoV-2 à domicile. Il faut s’introduire un écouvillon dans le nez, mais il est beaucoup plus court (et donc moins désagréable) que celui des tests réalisés par un professionnel : le coton-tige ne pénètre qu’à 3-4 centimètres. Les autotests ont été autorisés le 16 mars par la Haute autorité de Santé (HAS), qui précise que tout résultat positif devra être confirmé par test PCR – pour être comptabilisé dans les statistiques, mais aussi pour identifier un éventuel variant. Les autotests sont fiables à 80 % pour les personnes symptomatiques, mais leur efficacité chute à 60% voire 50% pour les asymptomatiques et pré-symptomatiques.

Aux Etats-Unis, les personnes vaccinées contre le Covid peuvent recommencer à voyager, ont annoncé vendredi les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), principale agence fédérale de santé publique américaine. Les voyageurs vaccinés n’auront plus à effectuer de test avant et après leur trajet (sauf si leur destination l’impose). Cela ne les dispense pas de continuer à porter un masque et respecter la distanciation physique, et les CDC recommandent toujours d’éviter les voyages en ce moment. Aux Etats-Unis, plus de 100 millions de personnes ont désormais reçu au moins une dose de vaccin, et 58 millions sont entièrement vaccinés dont plus de la moitié chez les plus de 65 ans.

Des caillots sanguins se sont formés chez 30 personnes ayant reçu le vaccin AstraZeneca, dont 7 sont décédées, a indiqué samedi l’agence britannique du médicament (MHRA). Le régulateur précise avoir reçu, à la date du 24 mars, les signalements de 22 cas de thromboses veineuses cérébrales et de 8 autres cas de thromboses associées à un déficit de plaquettes, sur un total de 18,1 millions de doses administrées. Dans son avis rendu jeudi sur les effets secondaires des vaccins, la MHRA avait indiqué que «le risque d’avoir ce type de caillots sanguins est très faible» et qu’en règle générale, «le nombre et la nature des effets indésirables signalés jusqu’ici ne sont pas inhabituels comparés à d’autres types de vaccins utilisés couramment.» La MHRA indique que son «examen approfondi sur les signalements [de caillots] se poursuit» pour voir si un lien est établi avec le vaccin. «Les avantages du vaccin AstraZeneca continuent d’être largement supérieurs aux risques et le public devrait continuer à recevoir le vaccin quand il est invité à le faire», ajoute l’agence.

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour à Blog