Covid-19. De gros doutes subsistent autour des vaccins chinois

Retour à Blog

Covid-19. De gros doutes subsistent autour des vaccins chinois

Pékin fait tout pour expliquer que les déclarations du directeur du Centre de contrôle des maladies sur l’efficacité relative des vaccins chinois contre le Covid-19 sont un « malentendu ». Dans les pays qui ont largement vacciné avec le Coronavac chinois, les résultats sont pourtant bien sujets à caution.

Mais quel pangolin a donc mordu Gao Fu ? Le directeur du Centre chinois de contrôle des maladies a fichu par terre des mois de propagande de Pékin en déclarant samedi, lors d’une conférence à Chengdu, que « les vaccins existants n’ont pas un taux de protection très élevé » et qu’il est officiellement envisagé d’utiliser différents vaccins de techniques différentes . Bref, de s’appuyer sur la technique novatrice de l’ARN messager, développée par les firmes occidentales Pfizer ou Moderna, et très contestée jusqu’ici par la Chine…

« Un malentendu »

Les 115 millions de doses de Sinovac et de Sinophram contre le Covid-19 vendues dans le monde, ou encore offertes pour mieux souligner l’égoïsme des Occidentaux, ne seraient donc pas fiables ? Le rétropédalage a été à la mesure de l’aveu. C’est un malentendu , a été prié d’expliquer le lendemain Gao Fu au quotidien d’État Global Times, avant de disparaître des écrans radar… Le scientifique ne parlait pas des vaccins chinois, mais des vaccins en général, répètent depuis les diplomates chinois.

La surprise vient du fait qu’un responsable aussi important dise ce que tout le monde sait. Les vaccins chinois suscitent de sacrés doutes. Les études de phase III, celles qui impliquent un maximum de cobayes​, n’ont jamais été publiées en intégralité. Les seules évaluations se font donc grandeur nature dans les pays qui ont déjà largement vacciné chinois, comme la Turquie, le Maroc ou le Chili…

C’est peu dire que les résultats sont décevants, voire inquiétants. Le Coronavac de Sinovac affiche ainsi une efficacité de quelque 80 % en Turquie, très en dessous des vaccins occidentaux, et de seulement 50,04 % au Brésil, sans doute à cause du variant local très virulent… Cela pourrait expliquer le paradoxe chilien où, malgré le record de 25 % de vaccinés (et même 38 % avec une dose), les contaminations ont repris.

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Connexion avec



Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour à Blog