Covid-19 : Ce que l’on sait des « Pfizer documents » et de leurs prétendues révélations sur le vaccin anti-covid

NTOX – Si ces documents existent bien, ils ont été déformés et décontextualisés

Depuis plusieurs semaines, circulent blogs, tweets ou posts Facebook relayant de prétendues révélations sur la « dangerosité » du vaccin anti-Covid, qui seraient issues des « Pfizer documents ». Si ces documents existent bien, ils ont été déformés et décontextualisés. On fait le point sur les innombrables publications qui pullulent en anglais, serbe, français, finnois, néerlandais ou allemand sur Internet.

D’où viennent ces documents ?

L’Agence américaine du médicament, la FDA, publie de façon progressive des dizaines de milliers de pages relatives au vaccin de Pfizer/BioNTech, autorisé à partir de fin 2020. Contrainte par une décision de justice, elle devait rendre publiques quelque 330.000 pages à raison de « plus de 12.000 pages » avant le 31 janvier 2022 puis « 55.000 pages tous les 30 jours », depuis du 1er mars.https://platform.twitter.com/embed/Tweet.html?dnt=false&embedId=twitter-widget-0&features=eyJ0ZndfZXhwZXJpbWVudHNfY29va2llX2V4cGlyYXRpb24iOnsiYnVja2V0IjoxMjA5NjAwLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X3NlbnNpdGl2ZV9tZWRpYV9pbnRlcnN0aXRpYWxfMTM5NjMiOnsiYnVja2V0IjoiaW50ZXJzdGl0aWFsIiwidmVyc2lvbiI6bnVsbH0sInRmd190d2VldF9yZXN1bHRfbWlncmF0aW9uXzEzOTc5Ijp7ImJ1Y2tldCI6InR3ZWV0X3Jlc3VsdCIsInZlcnNpb24iOm51bGx9fQ%3D%3D&frame=false&hideCard=false&hideThread=false&id=1521868284911489024&lang=fr&origin=https%3A%2F%2Fwww.20minutes.fr%2Fmonde%2F3288683-20220512-covid-19-sait-pfizer-documents-pretendues-revelations-vaccin-anti-covid%3Fxtor%3DRSS-203&sessionId=c8bb4bc6c636b3c6659517cce16601dafa194ed2&theme=light&widgetsVersion=0577b6d654dbc%3A1652396794909&width=550px

A chaque fournée de « Pfizer documents », moult allégations trompeuses ressurgissent bien que la plupart aient déjà été réfutées par de nombreux scientifiques du monde entier et fait l’objet de quantités d’articles de vérification. Certaines sont bâties sur ces documents, d’autres sont de simples recyclages, affublées sur mot-clé #pfizerdocuments pour leur assurer une viralité maximale.

Que disent-ils

De très nombreuses publications affirment que ces documents listent d’innombrables effets secondaires inquiétants, certains internautes évoquant 8 ou 9 pages de troubles et maladies.

En réalité, cette liste est celle d’« événements indésirables d’intérêt particulier » (AESI) théoriquement possibles (par exemple parce qu’ils ont été relevés dans le cas de vaccins précédents) et donc qui doivent faire l’objet d’une surveillance particulière après la mise sur le marché du produit. Il ne s’agit pas de la liste d’effets rapportés pour ce vaccin, comme l’ont confirmé plusieurs experts de pharmacovigilance.

Info ou intox ?

Certaines publications prétendent aussi que les documents de Pfizer révéleraient que lors des essais du vaccin, plus de 1.200 personnes – « 3 % » des participants – seraient mortes. Pourtant, le chiffre de 3 % ne peut pas montrer le taux de mortalité de la vaccination, qui supposerait d’avoir le nombre de décès imputés aux vaccins par rapport au nombre de doses administrées.

De nombreuses publications avancent aussi d’autres chiffres, comme le « 1 % d’efficacité ». Il y a en réalité deux façons de calculer le taux d’efficacité d’un vaccin : la « réduction relative du risque » (les fameux 95 %) et la « réduction absolue du risque », qui bien que statistiquement valable, est peu lisible puisqu’elle tourne pour le vaccin Pfizer autour de 0,85 point. C’est de là que semble venir le chiffre de 1 % avancé par les internautes.

Enfin, la question des femmes enceintes et allaitante​ qui seraient à proscrire de ce vaccin. Dans une note du 8 décembre 2020 (début de la campagne de vaccination au Royaume-Uni), l’Agence britannique du médicament (MHRA), écrit bien que le vaccin de Pfizer « n’est pas recommandé pendant la grossesse » et « ne doit pas être utilisé pendant l’allaitement ». Mais il est expliqué que ces précautions sont dues au manque de données à ce moment-là. Et pour cause, les essais de phase 3 du vaccin ont exclu les femmes enceintes, ce qui est connu depuis le début.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.