Covid-19 à Nice : Le dispositif d’accompagnement « Covid long » a permis à des malades « une nette amélioration »

Depuis son lancement au rintemps 2021, 44 personnes ont bénéficié de ce service qui leur a permis de retrouver « de la forme physique mais aussi de la force mentale »

SPORT – Depuis son lancement au rintemps 2021, 44 personnes ont bénéficié de ce service qui leur a permis de retrouver « de la forme physique mais aussi de la force mentale »

« Je n’arrivais même pas à me laver les cheveux, ou à passer l’aspirateur. J’étais essoufflée et j’avais d’importantes douleurs musculaires, raconte Stéphanie, 35 ans, à propos des mois qui ont suivi sa contamination au Covid-19, en septembre 2020. En plus, je considère que j’ai eu une version soft. Je n’ai pas été hospitalisée et j’ai seulement eu une semaine de fièvre et une grosse fatigue. »

En plus d’une « décélération physique très rapide aussi jeune qui l’inquiète, la Niçoise constate qu’elle souffre également de problèmes de mémoire, de concentration et de synchronisation. « Ce sont ces points-là qui ont été les plus durs à vivre. D’autant plus qu’à cette époque, on ne parlait pas encore de « Covid long» et tous les examens médicaux que je faisais, ressortaient bons. C’était très difficile, on a l’impression qu’on devient fou. »

« Ça faisait du bien d’être compris »

Un an et demi plus tard, elle ressent « dans l’ensemble, une nette amélioration » de sa condition physique. Pendant douze semaines, elle a participé au programme d’accompagnement lancé par la ville de Nice.

« Ça m’a fait énormément de bien. On se retrouvait avec cinq autres malades et on pouvait échanger sur ce qu’on ressentait, que ce soit nos séquelles communes ou autre. Ça faisait du bien d’être compris. Et ça me motivait aussi. Quand on est tous ensemble, ça crée une émulation. Ce programme m’a redonné de la forme physique mais aussi de la force mentale. » Les douze semaines étaient nécessaires selon elle, rien que pour se forcer à faire du sport. Le but étant ensuite d’arriver à une autonomie.

Plus de demandes aujourd’hui

Le dispositif, pionnier à l’époque, est désormais terminé et tire un bilan « positif » de cette expérience. « On a su identifier un besoin par rapport au Covid long et y répondre à travers des séances d’activités physiques adaptées », détaille la coordinatrice du programme, Charlène Falzon également chargée de mission sport santé.

« Il y a eu deux dispositifs, un au printemps 2021 et un à l’automne, avec cinq personnes par séance. On a décidé de l’arrêter fin décembre parce qu’on n’avait plus de demandes. Aujourd’hui, si on a des appels, on fait une séance bilan et on redirige la personne vers une structure adaptée. » Au total, 44 personnes, 36 femmes et 8 hommes, de 28 à 86 ans, ont participé.

Vers d’autres services sportifs conçus pour des publics fragiles

Pour arriver à des résultats, Aurélien Lazzaro, référent du programme, a adapté les séances d’activités sportives. « On montait crescendo. Les deux objectifs étaient de travailler l’endurance et la force, car c’étaient les deux capacités physiques principalement touchées, explique-t-il. Et on a réussi ! »

Il ajoute : « En plus, je faisais en sorte d’exercer leur mémoire. Le plus délicat mais là où on avait d’être très vigilant, c’est sur l’aspect santé. Tout était très sécurisé. Le public devait avoir une autorisation, on faisait les séances avec des oxymètres. »

« Aujourd’hui, on est fier de notre travail et fier de devenir des personnes-ressources pour les autres professionnels », ajoute Charlène Falzon. Les responsables continuent régulièrement de prendre des nouvelles des patients.

Nice Acti’santé, qui a géré l’accompagnement Covid long, travaille désormais sur d’autres projets d’activités physiques adaptées avec d’autres publics fragiles, comme les femmes victimes de violences conjugales et les personnes souffrant de maladies psychiques. « C’est l’objectif d’une maison sport santé, conclut Barbara Prot, conseillère municipale chargée de la prévention santé et de l’éducation à la santé. On propose un programme innovant et ensuite, d’autres organismes prennent le relais. »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.