Coronavirus : pourquoi préférer le Doliprane, désormais rationné, à l’ibuprofène

Coronavirus : pourquoi préférer le Doliprane, désormais rationné, à l’ibuprofène

En pleine épidémie, “en cas de fièvre, prenez du paracétamol” a recommandé le ministre de la Santé, Olivier Véran, il y a quelques jours. D’ailleurs, ce médicament sera rationné à partir de ce mercredi. Mais quelle est la différence avec l’ibuprofène ? Et quid de l’aspirine et de la cortisone ?

Photos d’illustration Julio PELAEZ/R.L.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, l’a annoncé il y a quelques jours : “La prise d’anti-inflammatoires pourrait être un facteur d’aggravation de l’infection” pour les patients atteints du coronavirus. “En cas de fièvre, prenez du paracétamol” a-t-il ajouté. D’ailleurs, ce médicament sera rationné à partir de ce mercredi. Mais à quoi sert le paracétamol ? Quelle est la différence avec l’ibuprofène ? On vous explique.

1/Le paracétamol

Il s’utilise dans le traitement des douleurs, de la fièvre, du rhume, des états grippaux, des douleurs dentaires, des courbatures, de l’arthrose (etc.) et se commercialise sous différents noms : Doliprane, Dafalgan, Efferalgan, Mylan, Paralyoc… Il est conseillé de ne pas dépasser plus de 3 cachets de 1000 mg par jour pour un individu de plus de 50 kilos.

Il est un des rares médicaments autorisés aux femmes enceintes. En revanche, il n’est pas conseillé aux personnes souffrant de maladies hépatiques. À la différence de l’ibuprofène et de l’aspirine, il n’est pas anti-inflammatoire. 

2/L’ibuprofène

Il s’utilise dans le traitement de la fièvre, des maux de tête, des règles douloureuses, des douleurs, de l’inflammation, de l’arthrose, des rhumatismes, des tendinites, des lombalgies, des sciatiques (etc.) et se commercialise sous différents noms : Nurofen, Advil, Antarène, Ibuprofène, Ibupradoll, Spedifen, Spifen, Mylan…

Cet anti-inflammatoire non stéroïdien, dont la dose maximale est de 3 cachets de 400 mg par jour, fuidifie le sang. Il est contre-indiqué pour certaines populations (femmes enceintes, personnes souffrant d’asthme…) et donc les personnes atteintes du Covid-19. Soupçonné d’aggraver des infections déjà existantes, il n’est d’ailleurs plus vendu en libre-service dans les pharmacies depuis le 15 janvier.

Selon Europe 1, le risque que présentent les anti-inflammatoires dans le cadre infectieux n’est pas nouveau. En effet, les spécialistes avaient déjà émis leurs doutes quant à leur utilisation pour soigner la varicelle.

3/Quid de l’aspirine et de la cortisone ?

Dans la famille des anti-inflammatoires, il existe deux grands types : les non-stéroïdiens, parmi lesquels les plus connus sont l’aspirine (Aspirine UPSA, Aspro, Aspégic…) ou l’ibuprofène, et les stéroïdiens, plus puissants, dérivés du cortisol et de la cortisone.

Dans tous les cas, ces médicaments, utilisés pour le traitement de la fièvre et des douleurs, ne doivent pas être pris par des patients atteints du coronavirus, au risque d’aggraver l’infection.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


%d blogueurs aiment cette page :