Coronavirus : le Danemark va déterrer 4 millions de visons

Coronavirus : le Danemark va déterrer 4 millions de visons

La « crise des visons » continue au Danemark. Afin d’éviter une pollution locale, le pays va déterrer l’an prochain quatre millions de bêtes abattues et enfouies dans l’urgence afin de combattre une mutation problématique du coronavirus, a annoncé le gouvernement dimanche.

Au terme d’un accord majoritaire au Parlement, les millions de cadavres vont être sortis de terre dans six mois, quand leur possible risque contagieux aura complètement disparu, pour être ensuite être incinérés comme des déchets banals, a indiqué le ministère de l’Agriculture dans un communiqué.

« On évite ainsi que les visons soient traités comme des déchets biologiques dangereux, une solution qui n’a jamais été utilisée », souligne le ministère. Deux charniers avaient été creusés à la hâte en novembre sur des terrains militaires, près de Holstebro et de Karup, dans l’ouest du pays.

Un risque environnemental pour l’eau

L’exécutif danois, déjà très critiqué par ailleurs pour sa gestion de la « crise des visons », avait dû reconnaître que ces fosses posaient un risque environnemental pour les nappes phréatiques et des lacs voisins.

Selon le ministère, le risque de pollution n’est toutefois pas jugé urgent et « l’autorité environnementale surveille la situation de près », permettant ainsi d’attendre le mois de mai pour déterrer.

Premier exportateur mondial de peaux de visons, le Danemark avait annoncé début novembre abattre son immense cheptel de plus de 15 millions de têtes, à cause d’une mutation du coronavirus qui pouvait, selon des études préliminaires, menacer l’efficacité du futur vaccin pour les humains.

LIRE AUSSI > Covid-19 : pourquoi le virus mutant des visons au Danemark peut devenir inquiétant

La décision avait tourné à la crise politique, notamment liée au manque de fondement juridique de l’annonce gouvernementale. Le ministre de l’Agriculture avait démissionné et la Première ministre Mette Frederiksen présenté ses excuses, la larme à l’œil.

Un projet de loi, qui interdit l’élevage de visons jusqu’en 2022, doit être finalement approuvé ce lundi. Quant à la mutation problématique « Cluster 5 », le Danemark l’avait déclaré éteinte le 19 novembre. Le vison est le seul animal identifié à ce jour comme pouvant à la fois contracter le Covid-19 et recontaminer l’homme.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.