Coronavirus à Bruxelles: des chiffres trop importants pour déconfiner

Les chiffres actuels sont beaucoup plus élevés que ceux qui devraient permettre de déconfiner en Région bruxelloise, a affirmé mardi Inge Neven, responsable du service de l’inspection d’hygiène de la Commission communautaire commune (COCOM). Celle-ci a fait longuement le point sur la gestion de la pandémie par l’institution bicommunautaire de la capitale. Selon celle-ci, avec le chiffre moyen de 360 pour 100.000 habitants, on « reste sur un plateau assez élevé de cas positifs sur les 14 derniers jours », même si l’augmentation observée se stabilise.

Les hospitalisations réaugmentent à un rythme de 15,2 par semaine et par 100.000 habitants. Le nombre de décès reste stable le pourcentage de tests positif est de 7,5%. La variant britannique est le plus présent. On constate, dans le même temps, que la mobilité reste assez élevée et on enregistre la présence de foyers surtout dans des entreprises et des écoles. Au niveau du testing, on en est à 5.000 tests par jour sur une capacité de 10.000 tests à l’échelle de la Région. Sept écoles bruxelloises participent à une expérience de tests salivaires.

Expérience pilote à Anderlecht et Molenbeek

D’ici quelques semaines, quatre pharmacies situées à Molenbeek et à Anderlecht prendront part une expérience-pilote de tests rapides. Des essais de tests rapides sont en cours de préparation avec des communes et des organisations du secteur de l’événementiel pour « donner des perspectives », a encore dit la responsable du service de l’inspection d’hygiène de la Commission communautaire commune. On devrait atteindre les 120.000 vaccinations en mars, soit un tiers, voire un quart de la capacité bruxelloise. Le cap des 100.000 premières injections, en ce compris à de nombreux travailleurs de Flandre et de Wallonie, depuis le début de la campagne, a été atteint au cours du week-end dernier.

La Cocom vise l’objectif de 650.000 habitant(e)s vacciné(e)s pour atteindre une immunité de groupe. Comme ailleurs en Belgique, Bruxelles est confrontée à une intensité de livraison de vaccins trop faible et variable pour le moment. En outre, les systèmes informatiques interfédéraux font actuellement leurs maladies de jeunesse, si bien que le rythme de vaccination n’est pas optimal. Avant la fin du mois de mars, neuf centres de vaccination bruxellois sur dix seront ouverts. L’ouverture de celui qui est projeté à l’Hôpital Militaire est reportée en raison de la pénurie de vaccins. D’après Inge Neven, la CoCom espère avoir ouvert l’ensemble des centres de vaccination à un rythme de six jours sur sept et à raison de 12h par jour d’ici mai-juin. 

Laisser un commentaire

Connexion avec