Ce qu’il faut savoir sur les troubles bipolaires et le sexe

Le trouble bipolaire entraîne des changements d’humeur intenses, parfois d’un état maniaque à un état dépressif, par exemple. Ces changements peuvent s’accompagner de modifications du désir sexuel, de la confiance en soi ou de la fonction sexuelle.

Bien que les symptômes varient d’une personne à l’autre, le trouble bipolaire peut perturber plusieurs aspects de la vie d’une personne, y compris sa sexualité.

Dans cet article, nous abordons les symptômes sexuels du trouble bipolaire et les moyens de les gérer.

Liens entre le trouble bipolaire et la sexualité

Deux humeurs distinctes peuvent caractériser le trouble bipolaire : la manie et la dépression. Les épisodes de chacune de ces humeurs peuvent entraîner des changements importants dans la personnalité d’une personne et peuvent également affecter sa sexualité.

Il n’y a pas eu beaucoup de recherches sur le lien entre le trouble bipolaire et la sexualité.

Toutefois, les auteurs d’une petite étude publiée dans l’International Journal of Bipolar Disorders font état d’une prévalence élevée de détresse et d’insatisfaction sexuelles chez les femmes atteintes de ce trouble.

Les résultats d’une étude publiée en 2018 dans The Journal of Sexual Medicine indiquent que les hommes atteints de trouble bipolaire pourraient être plus susceptibles de présenter des symptômes de dysfonctionnement érectile que ceux qui n’en souffrent pas.

Cela ne signifie pas que toutes les personnes atteintes de trouble bipolaire présentent des symptômes sexuels, mais seulement que la prévalence est plus élevée dans ce groupe.

Les symptômes sexuels changent généralement en fonction des autres symptômes du trouble.

Pendant les épisodes dépressifs
Ces épisodes provoquent généralement un sentiment d’abattement, d’anxiété ou de désespoir. Chez une personne atteinte de trouble bipolaire, ils peuvent également entraîner une hyposexualité, c’est-à-dire une libido faible ou quasi inexistante.

Une personne souffrant d’hyposexualité peut présenter les symptômes suivants :

un manque total d’intérêt pour le sexe
le sentiment d’être physiquement peu attrayant ou indésirable
un désintérêt pour l’hygiène personnelle ou les soins de beauté
un sentiment de vulnérabilité ou de dévalorisation sexuelle, ce qui peut l’empêcher d’avoir des rapports sexuels
épuisement physique, ce qui rend les rapports sexuels difficiles.
La personne peut également se sentir coupable de son manque de désir sexuel, ce qui peut alimenter le cycle du doute de soi et du sentiment d’être indésirable.

Certains effets secondaires des médicaments peuvent contribuer au problème. Les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS), par exemple, peuvent entraîner une baisse du désir sexuel. Ces effets secondaires peuvent également entraîner des changements physiques, comme une difficulté à s’exciter.

Il peut être difficile d’expliquer ces changements à un partenaire sexuel ou à un conjoint. De plus, le partenaire d’une personne peut se sentir rejeté ou frustré.

Pendant les épisodes maniaques
Un épisode maniaque peut entraîner une hypersexualité chez une personne atteinte de trouble bipolaire. Elle peut avoir l’impression que sa libido est toujours très élevée, ce qui peut créer des difficultés.

Les personnes souffrant d’hypersexualité peuvent ne jamais se sentir satisfaites du sexe. Elles peuvent vouloir continuer à faire l’amour ou à se masturber pendant des heures sans avoir vraiment l’impression d’avoir terminé l’acte. Cela peut être stressant pour la personne et ses partenaires éventuels.

Pendant les épisodes maniaques, certaines personnes se livrent à des pratiques sexuelles risquées ou ont du mal à contrôler leurs pulsions sexuelles.

Par exemple, les auteurs d’une étude publiée dans Psychiatry JournalTrusted Source rapportent que les participants masculins atteints de troubles bipolaires avaient tendance à avoir plus de partenaires et étaient plus susceptibles d’avoir des relations sexuelles sans protection que ceux qui ne souffraient pas de ce trouble.

Lorsqu’une personne atteinte de trouble bipolaire fait l’expérience de l’hypersexualité, elle peut se masturber ou s’engager avec de nouveaux partenaires sexuels d’une manière qui met en danger son travail ou ses relations existantes.

Voici quelques exemples de comportements hypersexuels

une confiance sexuelle accrue
volonté accrue d’expérimenter sexuellement
rapports sexuels avec de multiples partenaires
rapports sexuels sporadiques avec des inconnus
penser constamment au sexe
masturbation très fréquente, au point de perturber les activités quotidiennes
des aventures sexuelles
appétit accru pour la pornographie
rapports sexuels compulsifs avec des travailleurs du sexe
la fréquentation fréquente d’établissements à caractère sexuel
pratiques sexuelles à risque, telles que des rapports non protégés avec de multiples partenaires semi-anonymes.
Les jeunes adolescents ou enfants atteints d’hypersexualité peuvent présenter des comportements sexuels tels que le flirt, les attouchements inappropriés sur des adultes et l’utilisation excessive d’un langage sexuel.

Médicaments et sexualité
Il peut y avoir des liens entre les médicaments d’une personne et sa sexualité.

Par exemple, les médecins prescrivent couramment des ISRS pour traiter les troubles de l’humeur tels que la dépression. Ces médicaments peuvent aider certaines personnes atteintes de troubles bipolaires, mais beaucoup d’entre eux entraînent également une diminution du désir sexuel.

Cet effet secondaire peut poser des problèmes particuliers à une personne qui connaît une hyposexualité pendant un épisode dépressif.

Toute personne qui pense que les médicaments peuvent affecter sa libido peut envisager de parler avec un médecin des autres options possibles. N’arrêtez pas de prendre des médicaments avant d’en avoir parlé à un médecin. Cela pourrait augmenter le risque de déclencher un épisode maniaque ou dépressif.

Conseils de santé sexuelle pour les troubles bipolaires
Même si elles bénéficient d’un traitement médical efficace, les personnes atteintes de troubles bipolaires peuvent encore connaître une hyposexualité et une hypersexualité pendant les épisodes de dépression et de manie.

Les stratégies suivantes peuvent aider une personne à gérer ces symptômes :

Comprendre les risques sexuels
Les rapports sexuels non protégés peuvent exposer une personne et ses partenaires à des risques d’infections ou de maladies sexuellement transmissibles. Parfois, le risque de grossesse est également accru.

Pour une personne engagée dans une relation, les rapports sexuels compulsifs peuvent conduire à l’infidélité, ce qui pourrait mettre en péril la relation.

Surveiller les effets secondaires
Les personnes qui ressentent régulièrement les symptômes sexuels du trouble bipolaire peuvent vouloir éviter les médicaments qui rendent ces symptômes plus intenses.

Les personnes qui s’inquiètent des effets secondaires sexuels devraient demander à leur médecin de changer de médicament.

Comprendre et éliminer les déclencheurs
Reconnaître les premiers symptômes d’un changement d’humeur peut aider les gens à savoir quand demander de l’aide.

Par exemple, lorsque des niveaux élevés de stress contribuent à des épisodes dépressifs, il peut être bénéfique pour une personne de pratiquer des techniques conçues pour gérer ou éliminer le stress et de contacter son médecin.

Envisager une thérapie
Si la psychothérapie peut déjà faire partie du plan de traitement d’une personne, la sexothérapie peut s’avérer essentielle pour une personne qui présente des symptômes sexuels difficiles.

Un thérapeute comportemental ou sexuel peut aider à gérer les symptômes sexuels et une thérapie de couple peut aider à surmonter les difficultés relationnelles.

Une thérapie de groupe peut également être bénéfique. Une étude publiée dans le Journal of Behavioral AddictionsTrusted Source note que l’atmosphère de groupe encourage les participants à ressentir moins de honte et d’isolement. Les auteurs signalent également que la thérapie de groupe peut être associée à une thérapie individuelle ou de couple.

Les groupes de soutien pour les personnes souffrant de troubles sexuels peuvent également être utiles.

Perspectives
Le trouble bipolaire affecte l’humeur et peut modifier considérablement la sexualité d’une personne. Une personne peut devenir très sexuelle pendant une phase maniaque, puis avoir peu ou pas de libido pendant une phase dépressive.

Chaque problème peut poser des difficultés différentes. Un plan de traitement doit prévoir des moyens de gérer ces symptômes sexuels sans mettre en danger la personne ou ses partenaires sexuels.

Pour les personnes en couple, il est important d’inclure les partenaires dans le processus et de garder les lignes de communication ouvertes. Cela peut les aider à mieux comprendre les symptômes auxquels la personne est confrontée.

La collaboration avec un médecin et un spécialiste de la santé mentale peut aider à mettre au point une combinaison de médicaments et de thérapie permettant de gérer les symptômes. Les groupes de soutien peuvent également être utiles.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.