Breton met en garde contre les faux vaccins du Golfe

Thierry Breton, le commissaire européen au Marché intérieur, alerte contre la contrebande vaccinale. Retrouvez les indiscrétions de la semaine de Nicolas Domenach. 

Breton met en garde contre les faux vaccins du Golfe

Le commissaire européen au Marché intérieur s’inquiète de la circulation de vaccins « à l’origine indéterminée » et à la qualité « pour le moins incertaine ». Les produits proposés vont de l’eau distillée aux flacons volés dans les usines. Les Français qui ont profité de leurs escapades dans les pays déconfinés du Golfe pour recevoir une injection peuvent se faire du souci : c’est là que la contrebande vaccinale sévit le plus.

Renaud Muselier dénonce l’archaïsme centralisateur

Président de Provence-Alpes-Côte d’Azur et de Régions de France, Renaud Muselier enrage : « Nous sommes des nains démocratiques en comparaison des Allemands! » Il nous parle « des échanges approfondis entre les Länder et Angela Merkel, alors que nous ne parvenons pas en France, ou très difficilement, à avoir des rendez-vous avec un pouvoir central condamné à l’inefficacité et aux erreurs par son incapacité à travailler avec nous ». Selon lui, cet « archaïsme » français explique en grande partie pourquoi nous avons manqué de masques, de lits, de tests, de vaccins… Notre décentralisateur contrarié a des exemples plein ses dossiers : « Comment peut-on gérer la logistique d’un grand pays sans tenir compte des suggestions exprimées à la base ? »Certes, le modèle germanique n’empêche pas les erreurs et Angela Merkel a demandé pardon pour des décisions de confinement qui ne passaient pas : « Inimaginable en France. Pourtant, c’est ainsi que l’on regagne la confiance. En faisant preuve d’humilité et en remettant l’ouvrage sur le métier, en reprenant le dialogue. » Un dialogue parfois musclé : la chancelière a sévèrement rappelé à l’ordre les Länder qui avaient un peu trop vite déconfiné.

La rabbine Delphine Horvilleur fait vivre nos morts

S ’il fallait un démenti à « l’indifférence pour les morts du Covid » dont se plaint un éditorial du Monde et que manifeste le pouvoir politique en ne leur consacrant aucun hommage national, on le trouve dans le succès du livre de Delphine Horvilleur, Vivre avec nos morts (éd. Grasset) . Comme « rabbine laïque », elle a accompagné nombre de deuils et témoigne de cette évidence qu’on veut ignorer : « Les morts, rien n’est plus sacrilège que de les faire taire. » Si on ne leur consacre pas attention, respect, récit de ce que fut leur vie, ce qu’ils nous ont apporté d’amours, d’espérances, fussent-elles déçues, alors on se condamne à être poursuivis par des fantômes qui viendront nous hanter. « Transmuer les morts en leçon de vie pour ceux qui restent », c’est la tâche qu’elle accomplit avec un incroyable humour, car « pouvoir rire du sacré le constitue. Ne pas pouvoir en rire, c’est le profaner ». Elle sourit quand on suggère que l’Elysée ferait bien de l’embaucher pour trouver les mots qui rendent des visages et des vies aux morts comme aux Etats-Unis, en Espagne, en Italie… Ainsi pourrait-on se sentir plus vivants.

Tous contre Bertrand

Les discussions sont en cours entre Bruno Retailleau, Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez afin de lancer mi-avril un appel commun « pour des primaires de la droite », dont ne veut pas entendre parler Xavier Bertrand. La coalition à venir de ses concurrents à la présidentielle ne déplaît d’ailleurs pas trop au patron des Hauts-de-France : « Si tous les apparatchiks du monde s’unissent contre lui, s’amuse-t-on dans son entourage, ça ne peut que rendre sa candidature plus différente, plus attractive. »

Péguy oublié par les écolos

Manuel Valls dans Pas une goutte de sang français (éd. Grasset) révèle sa passion pour Charles Péguy (1873-1914). Comme Emmanuel Macron, François Bayrou, Edwy Plenel, Alain Finkielkraut, Jean-Pierre Sueur, Jacques Julliard, Nicolas Dupont-Aignan… De tous côtés, on admire cet intellectuel qui fut socialiste contre le Parti socialiste, catholique mystique contre l’Eglise catholique, mais aussi précurseur de l’écologie. Mais les Verts l’ont oublié. Ce sont bien les seuls.

Laisser un commentaire

Connexion avec